Post storm session & golden hour

Il y a des sessions qui ne ressemblent pas à toutes les autres. Par exemple celle d’hier où, après le premier bord, tu te dis : “pourvu que je me prenne pas un tronc”.

DSC_0601_editC’est pas tous les jours que vous avez ce genre de réflexion en allant naviguer hein !
La tempête qu’on se prend sur la tronche dans l’Hérault depuis 3-4 jours déchaîne les éléments. Et nous on enchaîne les sessions en mode vent fort et vagues dégueulasses, mais on n’est pas là pour se plaindre !

La nuit du 17 au 18 a particulièrement été violente, et c’est en arrivant sur le spot le lendemain qu’on imagine assez bien l’apocalypse qui a eu lieu quelques heures + tôt.

DSC_0627_editUne fois à l’eau, tu croises d’abord quelques branches, puis carrément des amas de troncs d’arbres. Y aurait eu Robinson dessus que ça n’aurait surpris personne. Un petit crash + tard, tu te rend compte que l’eau croustille et n’a pas le même goût que d’habitude.

Les sms ont fusé toute la journée, toute la petite équipe se retrouve pour une golden session, avec une lumière assez magique !
Il y a Momo qui peaufine son apprentissage dans des conditions bien costauds, la team des free surfeuses en strapless Nath, Eva et Chloe, une surfeuse tout court qui pleure devant une med pas très accueillante et les 2 ours qui poncent le spot. J’immortalise cette chouette lumière, encore essoufflée de mon slalom entre les troncs d’arbres, mais repue, lessivée !

Crazy september sesh !

DSC_0606_editDSC_0649_editDSC_0655_editDSC_0652_editDSC_0657_editDSC_0661_editDSC_0642_editDSC_0637_editDSC_0623_editDSC_0631_editDSC_0622_editDSC_0610_editDSC_0611_editDSC_0644_editDSC_0647_editDSC_0612_editDSC_0616_editDSC_0602_edit

Indian Summer Session !! Yoga, Paddle et Fitness le Dimanche 28 Septembre à Mandelieu

indian_summer_session_afficheComment ça on avait dit “plus d’évènement Pink Pack avant l’hiver” ? Eh ben en fait, on a menti !

La filiale niçoise du Pink Pack, composée d’Alizée et Mag (une partie des GO de la dernière Summer Session), vous a concocté une journée aux petits oignons qui aura lieu le dimanche 28 septembre sur la plage de Mandelieu (06), à base de paddle, yoga et fitness paddle (et de rigolade, mais est-ce encore la peine de le préciser !!).

IMG_8729_edit            IMG_8730_edit

Mag et Alizée, la bonne humeur au petit matin !

Comme d’hab’, c’est vraiment ouvert à tous les niveaux, même si vous n’avez jamais mis les pieds sur un paddle. Vous verrez, c’est moins compliqué que ce qu’on pense ! Et pour les habituées, vous pourrez vous perfectionner à souhait !

Pour cette journée du dimanche 28 Septembre, les places sont limitées à 12 personnes. L’inscription de 36€ comprend :
– un cours de yoga d’une heure
– un cours de fitness paddle d’une heure
– la mise à disposition des paddles pendant tout le déroulement de la journée
– le repas de midi à base de wraps, boisson détox et un dessert. Tout sera handmade, il faut le préciser (et applaudir la cuisinière le jour J) ;)

Au programme en + de tout ça, un peu de masque/tuba, de la slackline et un relai paddle ! Pour les habituées des Summer Sessions, vous savez ;) et pour les autres, à part vous dire que vous ramerez comme des dératées, prête à tous les coups pour que votre concurrente ne vous dépasse pas, il n’y a pas grand chose à ajouter ! Ah si,  vous perdrez certainement votre voix aussi, AH AH !!

Pour vous inscrire, envoyez un mail à alizee.violante@gmail.com, (elle vous confirmera votre inscription par retour de mail) avec les infos suivantes :
– NOM, Prénom
– Tel
– Mail
– Vous avez déjà fait du yoga : oui / non
– Vous avez déjà fait du paddle : oui / non
– Vous avez un paddle : oui / non

RDV donné à la base nautique Mandelieu Paradise à 8h pour un début des activités à 8h30 (le temps de boucler le règlement de votre inscription – prévoyez d’effectuer celui-ci en espèces) :

Mandelieu Paradise
1 avenue du général de gaulle
06210 Mandelieu La Napoule

Coordonnées GPS :
Latitude : 43.532105
Longitude : 6.948967

Pour toute question sur la journée, vous pouvez contacter Alizée par tel au 06 64 15 65 20, par mail alizee.violante@gmail.com ou directement sur l’événement Facebook

Prévoyez crèmes solaires, serviette de bain et/ou futa pour le yoga sur la plage et un petit dej si vous voulez le prendre sur le sable entre 2 activités le matin !

On attend vos inscriptions pour cette chouette journée d’été indien by Pink Pack !

Pink Pack Summer Session #2 :: Report & Video !

Histoire de vous redonner le moral en cette rentrée toutefois bien ensoleillée, on vous balance la vidéo de la Summer Session pendant laquelle on fêtait l’arrivée de l’été !
On était bien, il faisait beau, il faisait chaud, et on prenait nos premiers coups de soleil (pour celles qui ne se tartinait pas de crèmes Evoa !).

Un lever de soleil sous le signe du yoga et du paddle, un petit dej sur le sable, un relai paddle qui resta dans nos mémoires, un tirage au sort qui déchaina la chronique, une soirée licorne sur la perfect beach de l’Oyat, un kite day sans trop de vent mais avec des wraps et des cookies exceptionnels by Marie, les précieux conseils kite de Flo et Oliv, des bords carrés dans la journée et des bords droits au sunset, des Olaaaaaa, des boobies, des smoothies et surtout des smiles !

Encore une fois un we génial grâce à vous toutes, la bonne humeur est à chaque fois au rendez-vous et pour ça MERCI !

Tous les partenaires et prestataires cités dans la vidéo ont également fait de ce we une réussite en nous permettant de vous couvrir de cadeaux (40 filles, 40 cadeaux, et PAF), et pour ça, MERCI !

Notre Clauclau nous a pondu une magic vidéo qui donne le smile, et pour ça MERCI (clopin clopant, reviens nous vite)
Suivez les vidéos de Claudia Lederer sur son vimeo : vimeo.com/lederer

Enfin, mes petits poneys se sont naturellement transformés en G.O. pour m’aider dans la gestion de la colonie que vous êtes ;) et pour ça BIG LOVE MERCI (vous avez droit à une promotion licorne !)

On se donne rendez-vous cet hiver dans nos montagnes pour partager encore ces happy moments, et d’ici là, on continue nos ptites aventures ridesques et bloguesques. Merci de nous suivre ! Coeur coeur !

DSC00960_editIMG_8737_editIMG_8690_editIMG_8777_editIMG_8814_editDSC00993_editIMG_8839_editIMG_8846_editIMG_8873_editIMG_8883_editIMG_8913_editIMG_9021_editIMG_9044_editIMG_9062_editIMG_9081_editIMG_9114_editIMG_9138_editIMG_9192_editIMG_9334_editIMG_9366_editIMG_9438_editIMG_9416_editIMG_9497_editIMG_9557_editIMG_9547_editIMG_9580_editIMG_9803_editIMG_9593_editIMG_9606_editIMG_9627_editIMG_9639_editIMG_9655_edit IMG_9688_editIMG_9744_editIMG_9789_editIMG_9708_editRetrouvez toutes les photos du week end dans notre album Facebook

Chroniques d’une apprentie kitesurfeuse #2 : Les premières fois

Reprenons le cours de notre chronique de l’été, avec Christelle et ses débuts dans le monde du kite ! Après nous avoir fait part d’un état des lieux plutôt honnête sur son niveau 0 dans les sports de glisse, on la retrouve nous expliquant comment surmonter, et surtout comprendre, toutes ces choses inconnues et les codes de ce nouveau monde.

DCIM100GOPRO

Ce qui est assez cool, quand tu débutes un sport à 30 ans (PAF ! Coup de bambou), c’est que tu es de nouveau confrontée à une masse de “premières fois” (OUBA ! OUBA !)
Donc autant te dire que le hérisson dans le ventre, mi-“chsuis gonflée à bloc” et mi-“j’y vais mais j’ai peur”, il n’est pas près de se faire la malle.
D’ailleurs, je vais lui refiler un nom tiens, vu le chemin qu’on va faire ensemble : Gaston le hérisson dans le bidon.

Et puis allez chiche, dans les prochaines CAK (Chroniques d’une Apprentie Kitesurfeuse), je vais vous faire partager des premières fois “pas glop” (trop ouf la meuf) :
– parce que y en aura d’autres
– parce que le fleuve sur lequel j’apprends le ktiesurf, n’est ni long, ni tranquille (c’est même pas un fleuve d’ailleurs)
– parce que franchement, entre nous, des fois, c’est à me donner envie de me pendre avec un élastique

T’exagères pas un peu là Momo ?
J’ai encore de l’eau de mer qui fait glou glou dans mon oreille interne à cause des vagues d’hier, et j’ai le cul d’une schtroumpfette… J’ai des preuves, c’est irréfutable, c’est objectif, coach.
Et puis mieux vaut prévenir que guérir… Parce que le prochain qui me file une tape dans le dos en me disant « tu verras, le kitesurf, c’est easy-flex »… Je te jure qu’il aura droit à un  « et mes couilles sur ton front, c’est easy-flex ?!!! »

Bref. « Si on veut plus de filles sur les spots, il faut s’en donner les moyens », qu’il a dit, le scribe de Flysurf. Je dirais même plus : nous, si on veut plus y être, sur les spots, il va aussi falloir qu’on s’en donne, des moyens. Et ça passe par un dépassement de moultes premières fois !

Commençons donc par la première première fois :
LA PREMIERE FOIS QUE J’AI ENTENDU PARLER DE KITESURF … ET QUE J’AI RIEN COMPRIS

J’étais tranquille, là, assise par terre (à bondir à chaque bruit de portières), à discuter météo/chiffons/côte de bœuf… Et d’un coup, je me rends compte que j’ai perdu le fil. Mais perdu de chez perdu… A m’en demander si ce matin j’ai bien branché le ‘plus’ et le ‘moins’ ou si mes Weetabix n’avaient pas dépassé la date de péremption.

J’entends ça :
« Hook bien le chicken loop et verrouille avec le tchoutch, sinon c’est Superman et arrachage de bras garantis…»

J’imagine ça :Extrait Discussion KiteLe cerveau de Momo fonctionne en rébus, notez-le, ça vous aidera à la comprendre des fois

Ouais, ça veut juste rien dire, c’est chaotique et irrationnel : les poulets qui se courent après pourraient suffire à m’envoyer à l’asile. Et puté, ça me donne envie d’une intervention bien débile du genre « c’est pas cohérent, votre truc, Superman ne peut pas se faire arracher les bras ; c’est Superman »… [tagada pouêt pouêt, cirque Pinder]…Sauf qu’ils me foutent le doute, avec leur air tout ce qu’il y a de plus sérieux : ça lui serait déjà arrivé, à Superman, de se faire dézinguer les bras ?

NDLR : Ça valait bien la peine de porter un moule bite rouge assorti à un pauvre chiffon tout mou dans l’dos, tiens ! 

 

Je viens donc de vivre mon first kitesurf moment of solitude (Amen). Mais ça serait TROP FACILE, franchement moche (et méchant) d’en conclure que les kitesurfeurs sont close-minded-sectaires-dans-leur-bulle.

Parce que si on réfléchit deux secondes (pas plus sinon ça me donne des fourmis au cerveau), ce type de situation n’est pas exclusif du monde du kitesurf. C’est aussi vrai pour les joueurs de volley (« on joue en 5 /1, je veux que sur relance on tente une combi : on part en croix, la pointue vient en demi et la centrale en fixe avant »), pour les fans de tactiques militaire (« QUOI ? Tu ne savais pas que la phalange était une formation militaire romaine ? »), pour les stéphanois (« et ce match Sainté-Munich en 76, foutus poteaux carrés !»), pour les inconditionnels de la cuisine (« pendant que votre poisson cuit au bleu et que la pâte à tarte cuit à blanc, montez vos œufs en neige dans un cul de poule»), pour les rois du point de croix ou de l’enfilage de perles et pour bien d’autres, communément appelés : les passionnés.

Ça peut paraitre simpliste, mais quand tu as compris et intégré que tu as à faire à des passionnés, tu as déjà fait un GRAND pas vers le monde du kitesurf.

Et du coup, quelle est la meilleure façon de réagir face à une discussion où t’es complètement larguée ?… POSER DES QUESTIONS, PARDI ! Non parce que le dodelinement poli de la tête, genre potiche, ça va 5 minutes, einh ! Et puis :

  • Si ça t’intéresse vraiment, tu te coucheras moins con ;
  • Si ça t’intéresse pas plus que ça, ça pourra faire prendre conscience à ton entourage que t’as pas fait kitesurf en seconde langue (s’il faut, parle en Ouszbek ça peut ptêtre les faire tilter plus rapidos) ;

Les questions, t’as le droit, t’y connais rien ; ET IL N’Y A PAS DE QUESTION CON. En plus devine quoi ? En général, même que les gens répondent (dingue !).

Mais COMME PARTOUT, il y a quand même un risque de réactions stupides (bah ouais). Exemple : le lancer de regard qui dit « on ne mélange pas les torchons et les ponchos ma ptite dame, va voir ailleurs si on y est »… Ouch, pas de bol. Dans ce cas-là :

  • improvise une issue de secours, un plan B, comme : Bonne nuit jvais m’coucher ! Bordel à cul, j’ai failli louper mon cours d’aquaponey ! Bon Dieu, c’est pas l’heure du goûter ? Ben ça alors, c’est ce week-end le meeting de la truite à Vesoul ? Burpees Time ! Bah, t’as fini le Nutella ?
  • et puis, pas de conclusion hâtive [mode Jean-Claude Dusse ON] : sache qu’il n’y a pas de corrélation significative entre le QI et le sport (c’est la General Social Survey qui l’a dit). Le kitesurf étant un sport… CQFD ! (ouf)

QI vs SPORT_VF

Lesson one, step two : l’attention, en tout, c’est ce qui nous sauve.

A suivre, la CAK #3 !

Relire la CAK #1

 

Quiet Paddling Day

Un petit moment de calme au large de La Grande Motte … qui te rappelle qu’il est toujours très bon de savoir couper le rythme d’une vie souvent trop rythmée :)

Après une heure de yoga sur la plage, Marion et moi avons chipé 2 paddles Suprem à Renaud (Stand Up Rising) pour ramer en direction de l’horizon, jusqu’à ne plus entendre le son de cette marée humaine, jusqu’à ne plus sentir les effluves de crèmes solaires.

A quiet paddling day.

DCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRO

On a testé : les crèmes solaires bio EQ EVOA

Voilà un petit moment que vous voyez quelques produits solaires Evoa apparaître par ici. Vous allez également pu les tester et en gagner si vous étiez parmi nous lors de la dernière Summer Session.
Aujourd’hui, on va vous en dire un peu + sur ces produits, parce que depuis plus d’1 mois, on a eu le temps de les crash-tester !

IMG_8811_edit

La première fois que j’ai croisé la route d’Evoa, c’était au Roxy Pro à Biarritz l’an dernier. En lisant le speech, je découvre que la marque joue dans la catégorie des cosmétiques bio, avec des ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique. Je me souviens à l’époque avoir été agréablement surprise par l’odeur et la texture.

Il faut dire que, dans nos sports, on se tartine quasiment à longueur d’année de crème solaire. Alors s’intéresser un brin à ce qu’on donne à boire à notre peau me parait judicieux.
En l’occurrence, je ne trouve pour le moment pas de meilleure réponse que ce bon vieux
BIO.

Voici quelques points que j’ai relevé sur le site de présentation de la gamme :
Evoa vous protège, préserve le corail et respecte l’océan.

Evoa est la première gamme au monde de crèmes solaires éco-compatibles.
Les actifs naturels soigneusement sélectionnés ont un effet nourrissant et antioxydant pour la peau, ils évitent la desquamation et prolongent le bronzage de façon harmonieuse.
Le parfum chaleureux et évocateur est composé d’huiles essentielles naturelles non-allergènes.
Petit chiffre impressionnant : 4000 à 6000 tonnes de crèmes sont rejetées chaque année sur les récifs coralliens par dilution des produits appliqués sur la peau.
Ca fait quand même un peu flipper. Il serait grand temps de faire gaffe, à ce qu’on donne à boire à l’océan aussi !

IMG_8667_edit

C’est donc avec un grand enthousiasme que j’ai accepté la proposition de Diane, à la communication chez Evoa : tester la gamme complète et vous en faire un petit retour !

J’ai donc reçu :
– 3 crèmes solaires d’indices différents : 15, 30, 50
– 1 stick à lèvres protecteur indice 30
– 1 stick solaire indice 50
– 1 huile merveilleuse
– 1 lait hydratant après-soleil

Capture d’écran 2014-07-27 à 16.07.58

LES CREMES SOLAIRES

J’utilise surtout les indices 30 et 50. En début de saison, je ne réfléchis pas, c’est 50 tout court.
Quand ma peau est bien bronzée, je protège mon nez (grillé à longueur d’année) avec du 50 et le reste du visage avec la 30.
Pour le corps, les sessions bronzette en maillot étant rares, j’ai tout le temps une petite combi ou des lycras manches longues / débardeurs sur le dos. Pour la protection, je fais donc + attention au décolleté et aux épaules, en indice 30 (ou 50 en début de saison).

IMG_8675_edit
La texture des crèmes est agréable à appliquer, l’odeur est sucrée mais pas forte. Une fois étalée, la crème n’est pas transparente. Comme elle est déjà légèrement teintée, l’effet de masque blanc est atténué, mais les gens autour de vous noterons sans aucun doute que vous n’avez pas oublié de protéger votre peau !

DCIM100GOPRO
Avant d’utiliser Evoa, j’achetais mes produits solaires en pharmacie, dans la gamme Laroche Posay. J’appréciais justement leur efficacité au niveau de la protection solaire et le fait que la crème soit invisible après le tartinage.
Mais depuis, j’ai appris que seuls des filtres chimiques permettent d’obtenir une texture transparente. Donc dans une démarche de sélectionner un maximum de bonnes choses à étaler sur ma peau, j’ai choisi l’option sans filtres et du coup, moins transparente !
J’ai aussi l’impression que les crèmes Evoa sont encore + water-resistant que mes solaires d’avant. C’est peut-être parce que je constate à la fin d’une session, que la crème est toujours là, et qu’elle n’a pas coulé à cause des face-to-ploof ou des vagues prises en pleine gueule :)
Et même si elle n’a pas coulé, je sais au moins que les petits résidus tombés dans l’eau ne seront nocifs pour personne sous la surface !

LE STICK SOLAIRE 50

Je l’utilise un peu + modérément que les crèmes, mais par contre, je n’y vais pas de main morte quand j’en met !
Sa texture est + épaisse que les crèmes, avec toujours la même odeur. Pour le coup, l’effet blanc est bien là, mais c’est le cas de tous les sticks solaires.
Je m’en sers quand je ride en plein milieu de la journée et que le soleil tape fort. Je l’applique sur le nez et les pommettes, qui prennent toujours + le soleil sur le visage.

DCIM100GOPRO

Après la session en rentrant chez moi, pour retirer le stick ou les crèmes, j’utilise soit un coton imbibé d’eau micellaire, soit je me fais un gommage pour le visage directement sous la douche. Ce n’est pas en un coup de main que vous retirerez stick et crèmes. Et tant mieux, sinon au bout de 5min de session, ma peau se mettrait tranquillement à griller !

DCIM100GOPRO

STICK A LEVRES 30

Celui là, j’en use et j’en abuse. Entre le soleil et l’eau de mer, j’ai souvent les lèvres abimées. J’utilisais déjà des sticks protecteurs type Dermophil Indien, mais encore une fois, la carte du 100% naturel joue en la faveur d’Evoa, pour une efficacité, au pire, identique.

IMG_9817_editIMG_8803_edit

L’HUILE MERVEILLEUSE

Toujours avec cette petite odeur sucrée qui caractérise toute la gamme, l’huile merveilleuse d’Evoa, je l’utilise pour le corps et les cheveux.
Le matin je l’étale par petites touches pour m’hydrater le corps ainsi que sur les pointes des cheveux séchés, chipsés, déshydratés, grillés jusqu’à la moelle.
Je ne suis pas une adepte de la bronzette avec huile, mais a priori, utilisée en huile solaire, elle unifie le bronzage sur votre peau.

10572243_602018573245716_5569611598473037909_o

IMG_8781_edit

LAIT HYDRATANT APRES SOLEIL

Je l’utilise à la sortie de la douche quand je sens que ma peau est sèche ou que j’ai passé la journée à griller.
Sa texture est fraîche et assez liquide, ce qui permet de l’étaler facilement. Elle pénètre rapidement (ma peau a souvent très soif !) et n’est pas grasse. Sauf si tu te roules dans le sable de suite après, ta peau reste douce et hydratée !

 DCIM100GOPROMême les riders wake du FISE ont approuvé les crèmes EVOA :)

CONCOURS !
Maintenant que vous êtes convaincu(e)s par la #evoatribe vous pouvez participer au concours organisé par EQ Love – Evoa pour gagner :

- Un week end surf avec Justine Dupont
– Un pack Action comprenant une GoPro Hero 3 White Edition et des accessoires XSories
– Un pack Bien-Être EQ comprenant un soin solaire et après-solaire EQ EVOA, 1 bougie parfumée EQ et un tapis de yoga Chakra EQ

Vous avez jusqu’au 15 aout pour participer à ce concours sur la page Facebook de EQ LOVE, les 3 gagnants seront tirés au sort ! GO GO GO !

10317803_591847077596199_8725124945035948680_o

Summer Session #2 :: Shooting Keep A Breast

Petite tradition Pink Pack-esque après nos événements, et juste avant le report complet du we (qui arrive soon soon !!!) : les photos pour Keep A Breast !

IMG_9028_edit

Cette fois-ci, point de boobies sur fond de sommets enneigés : cet hiver le vrai challenge était de se désaper sur la neige à 2800m d’altitude, l’intérêt alors, de se mettre à nu à la plage est beaucoup moins original ! Il a donc fallu faire bosser nos neurones pour trouver le truc qui ferait le lien avec notre belle cause tout en marquant les esprits.

C’est alors que surgit d’un précieux cerveau l’idée de boobies géants … en sable ! Bah oui :
la plage > les châteaux de sable > 40 filles > 2 méga boobies en sable !!!
Vous verrez l’effort fourni sur la vidéo qui arrive avec le report, mais construire 2 méga boobies n’a pas été de tout repos sous cette chaleur !

IMG_9704_editUn grand merci donc, à toutes les filles qui ont donné de leur huile de coude autant dans l’effort pour transporter le sable, que dans la précision pour la finition ! Le résultat est parfait !

IMG_9548_editIMG_9606_edit

Rendez-vous à la prochaine Pink Pack session pour une nouvelle idée saugrenue en l’honneur de Keep A Breast !

En attendant, voici la suite des photos “boobies” du week end !!!

IMG_8904_editIMG_9717_editIMG_9045_editIMG_9708_editIMG_8777_editIMG_9727_editIMG_9807_editIMG_9081_editIMG_9027_editIMG_9464_editIMG_8972_editIMG_9486_editIMG_9460_editIMG_9046_editIMG_9018_editIMG_8817_editIMG_8779_editIMG_8803_editIMG_9752_editIMG_9019_editIMG_8770_editIMG_8797_editIMG_8749_editIMG_9246_edit

© Claudi LDR & Mel