Pink Pack Indian Summer Session 2014 :: Le Report !

Mel avait lancé un défi à ses stagiaires G.O. : organiser une journée Pink Pack sur nos terres azuriennes. DEFI relevé !!!

Des semaines qu’on en parlait, les préparations de dernières minutes ont été longues et stressantes pour les 2 novices que nous sommes en matière d’organisation : Alizée et moi-même. Roulages de wraps à minuit, récupération d’un fourgon pour charger les paddles, réveil à 5h00 du mat’, gonflage de paddle… Mais on l’a fait !!

IMG_4405_edit

Ça faisait longtemps qu’on y pensait et avec l’annulation de la Summer Session d’août, on s’est enfin lancée ! L’instant d’un weekend le Pink Pack s’est rassemblé plus à l’Est, sur la Côte d’Azur, pour profiter des derniers jours de cet été indien. Journée plage avec au programme : yoga, fitness paddle et autres activités aquatiques !

IMG_4318_edit

- LE MATIN –

Pour notre plus grand bonheur tout le monde à répondu présent à 8h15 heure locale, le dimanche 18 septembre sur la plage de Mandelieu. Toutes fraiches et motivées, seules sur le sable les yeux dans l’eau une plage déserte, le cours de yoga d’Emmanuelle Juge débuta les pieds dans le sable. En fond, levé de soleil, température douce, ambiance détente, le réveil du corps s’est fait tout en douceur (et en contorsions !… ) pour bien commencer cette longue journée.

IMG_4279_edit

S’en suit un petit déj’ offert sur la plage, d’ailleurs pour celles qui l’ont apprécié le thé Kusmi Tea Détox proposé, c’était celui-ci : ICI ! Du coup, détente pour un groupe et pendant ce temps premier cours de fitness paddle avec Géraldine Icoachtraining pour les autres.

DCIM100GOPRO

Prise en main des paddles, direction une des anses de la baie de Mandelieu pour commencer ce cours plus que physique ! Au programme : stretching, flexions, équilibre, gainage, abdos fessiers… tout en évitant de tomber à l’eau (ou pas !…)

IMG_4293_edit

On a beau s’être bien échauffées, être plutôt sportives, AOUTCH ça fait mal ! Ça tire au niveau des jambes, ça tremble au niveau des bras, ça brûle les abdos, mais les filles ont tenu le coup et ça fait du bien ! Fin de la session, le groupe retourne sur la plage, étirements et relaxation dans l’eau avant de passer le relais au second groupe.

IMG_4300_edit

- MIDI –

Mine de rien la matinée a été bien chargée et ça creuse ! Place au déjeuner ! Comme on est un peu adepte du DIY (Do It Yourself ) on avait préparé un déjeuner complet pour toute la bande. Au menu, wraps extra frais, jus de fruits maison sur-vitaminés et cookies énergétiques inspirés de la délicieuse recette de Marie à retrouver sur son blog : En cuisine avec Marie.

IMG_4387_edit IMG_4399_edit

- APRES-MIDI –

Après un bref moment de détente, place aux défis ! La première course s’est faite par équipes de 3, un traditionnel relai paddle comme on aime ! Départ en folie et passage de relais chaotiques (avec une mention spéciale pour l’accident de maillot de Caro, qui recala son équipe à la dernière place !). Ariane, Cindy et Julie qui finissent en tête suivies de Alexandra, Anaïs et Magalie. Les 2 équipes gagnantes on pu directement profiter de leurs cadeaux : Tour en parachute offert par un de nos gentils sponsors du jour Mandelieu Paradise et tour de bouée offert par Fun Spot Mandelieu !

IMG_4411_edit IMG_4450_edit IMG_4500_edit IMG_4518_edit03_edit 227436_10204623741971038_7743355174229853190_n_edit DCIM100GOPRO

On continu avec une course en solo sous forme de tournoi 1 contre 1. Les duels s’enchaînent, c’est encore Magalie et Cindy qui s’imposent suivies de prêt par Marine et Caro. Les filles ont tout donné !

IMG_4550_edit IMG_4574_edit IMG_4641_edit IMG_4651_edit IMG_4669_edit IMG_4735_edit

- 17h00 -

Déjà la fin de journée, remise des lots de la course et débrief de ce premier event Made in Côte d’Azur. On découvre les cadeaux de nos sponsors qui nous ont encore bien gâté pour cette nouvelle édition : Mood & Diirt. Et bien évidemment présentation encore une fois de la fondation Keep A Breast que l’on soutient, et dont on vous reparlera ce mois-ci à l’occasion de la campagne #CheckYourSelfie lancée tout le mois d’octobre pour la sensibilisation au dépistage précoce du cancer du sein.

IMG_4743_edit

Au passage une mention très spéciale et nos félicitations à Pauline, que l’on soutient toujours dans son combat contre le cancer du sein ; petit rappel, on avait couru pour elle lors de la course La Niçoise. Elle a enfin pu être des nôtres lors de cet event Pink Pack et pour sa reprise du sport, elle a plus qu’assuré !!!

Enfin, pour bien clôturer cette belle journée, avec celles qui ne voulaient finalement plus rentrer chez elle et toute l’équipe de Mandelieu Paradise, on s’est offert un petit apéro sunset à coup de traditionnelles despé ! On avait pensé a tout :)

IMG_4747_edit

Un grand merci aux 19 participantes, qui ont fait de ce premier event sur la côte d’azur, une super journée ! A mère nature qui nous a offert cette magnifique journée de Septembre (et de beaux coups de soleil) ! Nos coachs du jour Emmanuelle Juge pour le yoga et Géraldine Icoachtraining pour le fitness paddle ! Nos sponsors Mandelieu Paradise, Fun Spot Mandelieu, Mood, Diirt, Romain pour son paddle, Seb pour son fourgon, Wes pour l’emballage des wraps et surtout la plus blonde des blondes ma coéquipière de choc Alizée !! Une brune a toujours besoin d’une blonde ;)

On remettra ça, c’est promis !

Toutes les photos de cette journée sont visibles sur notre page Facebook

10418176_10204623743971088_6653771872822256304_n_edit DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO IMG_4277_edit IMG_4287_edit IMG_4299_edit IMG_4307_edit IMG_4331_edit IMG_4379_edit IMG_4383_edit IMG_4386_editIMG_4397_edit IMG_4419_edit IMG_4486_edit IMG_4563_edit IMG_4682_edit IMG_4695_edit IMG_4740_edit

 

Morning boost :: Betterave / Carotte / Kiwi

Première recette spéciale smoothie dans notre série Eat Well, Live Better, concoctée par Morgann notre Cook Guru chez Pink Pack !

En attendant qu’on vous raconte nos dernières aventures (l’Indian Summer Session et la Spartan Race) dans lesquelles nous avons balancé à peu près 200% de notre énergie, voilà une première recette rapide de smoothie ! Et justement, ces ingrédients sont là pour booster votre corps dès le matin, si comme nous, vous avez besoin de récupérer vos forces en ce moment ;)

:: BEETROOT BOOST ::

Processed with VSCOcam with f2 preset- 3/4 d’eau de coco
- la moitié d’une betterave*
- 1 carotte
- 1 demi kiwi
- 1/2 citron
- 1 petite cuillère ou équivalent de gingembre frais
- 1 date de Medjool sans pépin ou 1 cuillère de sirop d’agave

Mixez tout ensemble dans un blender !

Processed with VSCOcam with f2 preset

* Pour cuire votre betterave vous-même (car c’est meilleur que les betteraves en boîte de conserve), mettez-la entière dans de l’eau bouillante pendant 25 minutes. Sortez-la de l’eau et laissez refroidir. Vous pourrez alors enlever la peau très facilement avec vos doigts ou un petit couteau.

Dimanche, on va se mettre une (Spartan) race

Toute cette histoire remonte à 6 mois quand, au détour d’une session kite en terre camarguaise, des filles que je connais à peine (ih ih) me proposent de m’inscrire avec elles à une course. A pied.

« Chouette » me dis-je, « ça me rappellera les cross au lycée, j’étais pas si mauvaise ».

Puis, elles se mettent à dire des trucs comme « ramper dans la boue », « monter à la corde », « sauter au dessus du feu », « 13 »km … euuuh attendez, c’est quoi vot’ truc là ?

Capture d’écran 2014-10-07 à 15.42.00

Devant leur (lourde) insistance, j’accepte les yeux fermés de me joindre à leur équipe bizarre pour cette course bizarre au nom bizarre. Spartan Race. Genre les spartes, les arènes tout ça ? Les hommes musclés transpirant dans la poussière ? Ma foi, après tout pourquoi pas !

DEAL ! dis-je (bien trop souvent)

Qu’est-ce que j’ai pas dit, Maman.

Parce qu’en fait, j’ai appris bien plus tard que le « DEAL » consistait à courir 13km, pendant lesquels 21 obstacles se dressent sur notre chemin. Et qu’en cas de refus d’obstacle (comment tu veux que je franchisse ce mur de 3m50 en mesurant 1m20, heiiiiiiiin ???), c’est 30 burpees, ou sinon tu passes pas. Parait-il que la première femme le termine en 1h20. En tout modestie, je vise le double, c’est-à-dire le temps de cuisson additionné de 4 chocobananes… c’est long quoi. Mais c’est bon. Enfin on verra le lendemain.

Nous voilà à J-2 de cette fameuse course qui va avoir lieu au circuit Paul Ricard (Var) en ce dimanche 12 octobre.
Quand ma cb a expulsé les 72€ de l’inscription il y a quelques mois (ce doux temps où j’étais encore dans l’ignorance et le déni, ne voulant absolument pas savoir dans quoi je m’embarquais), j’avais établi dans ma tête un plan d’entrainement I-DE-AL pour être prête à courir un marathon le jour J, alors qu’on ne m’en demanderait pas tant. Juste pour pouvoir dire « moi c’est bon, je suis larrrrge pour 13km, vous allez manger ma poussière, bande de spartalacon »

Au jour 1 de mon entrainement en Avril 2014, j’avais 4 mois de snow et ski non-stop dans les pattes et des jambons basques à la place des cuisses. Je pouvais casser un mélèze sur simple low-kick.
Je me fixe donc un premier objectif bien trop élevé : 8km.
Mais j’y arrive.
Mais j’ai pas marché pendant 4 jours ensuite.
(J’ai des preuves en vidéo de mon traître de mari si vous voulez).

1888724_10152148221733423_8182449623064314253_nOn discerne à peine la souffrance

Bref, à ce jour, je peux dire que :
– J’ai passé plus de temps sur le message groupé Facebook à discuter avec les filles de comment on allait s’habiller, qu’à m’entrainer.
– Je ne cours toujours pas le marathon
– Même pas le semi
– J’ai jamais réussi à faire 30 burpees d’affilé parce que mon épaule droite se fait la malle au bout du 22ème (j’en ai donc fait seulement 20, et j’ai encore mon épaule, merci)
– En +, au final je me retrouve habillée en leggings noirs et débardeur fluo. Alors que je m’étais imaginée en licorne enchantée grimpant 5m de corde sans nœuds grâce à mes sabots magiques. Tout ça, pour ça !

Ah par contre j’ai regardé toutes les vidéos des précédentes Spartan (genre ça) et mentalisé chaque obstacle. J’ai mentalisé chaque gamelle aussi, y en a beaucoup.

Mais depuis que mon doc m’a tamponné mon certificat me permettant de valider mon inscription, je suis bien + confiante. Il m’a quand même fait faire 30 flexions, que j’ai réalisé les doigts dans le nez. Confiante, vous dis-je.

Avec les 5 autres membres de cette folle tribu (Momo, Eva, Marion, Alizée et Anaïs) on est quand même méga motivée et excitée à l’idée d’aller se rouler dans la boue dimanche prochain et encore + de pouvoir faire notre photo #checkyourselfie pour la grande campagne de Keep A Breast en direct d’une Spartan Race, où le seul enjeu finalement, sera de nous dépasser et de rien lâcher !

Et de garder mon épaule.

Et qu’en pense Momo de cette Spartan ? Voici maintenant son avis :

« On a lancé ça en mode « on s’était dit RDV dans 10 ans »…
Sauf que là, on en est à 9 ans et 362 jours… Et je suis toujours dans le déni.

Pourtant :
(1) Facebook me rappelle gentiment depuis lundi que c’est cette semaine (TG Facebook !)
(2) J’ai mon certif médical d’aptitude au saute-moutons (oui, j’ai dit « moutons » à mon médecin, ça me semblait plus facile à expliquer que « 21 obstacles sur 13km dans la boue »)
(3) J’ai signé une décharge qui dit que si je meurs, c’est pas eux, c’est Murphy
(4) J’ai payé et JAMAIS mon invitation ne sera remboursée (même s’il y a du tonnerre de Brest, du grand vent d’ouragan et des rideaux de pluie – Cf. météo pourave prévue pour dimanche et l’alerte orange qui vient de tomber)…

Bref, après-demain je fais la Spartan Race. J’ai l’impression d’être dans le manège à la con qui monte qui monte qui monte et que je sais très bien qu’il va redescendre, vite, fort et que mon cœur va venir se coller en haut de ma cage thoracique et que je vais crier, cri-er-er (Aline ! Pour qu’elle revienne !) mais je fais comme si de rien n’était…
Car si je suis montée dedans, c’est parce que je ne suis pas seule… Et seul on va plus vite, mais en équipe…On va plus loin #PINKPACKTEAM.
« 

In the Mood for wind

Mood fait partie de ces marques qui se bougent et dont l’enthousiasme est débordant, quoi qu’elles entreprennent. Boosté par 2 girls ultra-cools toujours prêtes à nous suivre dans nos organisations complètement à l’arrache (eh eh), Mood a déjà gâté quelques unes d’entre vous et c’est pas fini ;)

Toute l’équipe était récemment au Portugal pour leur événement bi-annuel, la Your Mood Kite Cup. C’est en fait une grosse excuse pour se rassembler quelques jours entre potes, faire la fête et du kite sur fond de contest. C’est en tout cas l’idée qu’on s’en fait quand on voit les photos pleines de smiles et surtout, la vidéo qui suit.
On n’a pas pu y être cette année, mais promis, on y sera l’année prochaine !!

D’ailleurs, la Mood Race version hiver est déjà annoncée pour le week end du 10-11 Janvier au col du Lautaret, pour inaugurer comme il se doit le célèbre Snow Kite Masters.

De notre côté, pendant une journée chill à l’espiguette, on a décidé de remercier Mood à notre façon en mettant en scène quelques bagues.
Steph et Arlette, ne changez rien, you girls rock !

DSC_0698_editDSC_0671_edit DSC_0688_editDSC_0687_edit

 

 

Eat well, live better – introduction

Woody Harrelson a dit quelque chose de très censé récemment :
“Nous faisons beaucoup plus attention au carburant que l’on met dans notre voiture, sachant que si l’on se trompe ça bousillera la machine, qu’au carburant que l’on met dans notre corps”.

Et c’est vrai ça, pourquoi faisons-nous plus attention à prendre soin de notre voiture que de notre corps ? Et ça passe aussi par faire attention a ce que l’on met SUR notre corps.

test_illustration_logo#2

C’est sur cette réflexion que l’on ouvre une nouvelle rubrique sur Pink Pack ! Yay !
Une rubrique « Eat well, Live better » avec des recettes, des conseils et les nouvelles tendances sur le manger mieux. Vous saurez tout sur le PALEO, la tendance RAWFOOD, et tous ces ingrédients bizarres comme les Hemp seeds. Si si, on essaye tout sur Pink Pack !
Pour ce premier article, j’aimerais pourtant commencer par raconter le pourquoi du comment de cette rubrique.

Il était une fois…
Je suis partie vivre à l’autre bout de la terre, au pays des kangourous et j’ai commencé à découvrir une nouvelle façon de vivre et de manger ici. Ça commence par un supermarché. Des fruits, des légumes mis en avant comme si c’était un concours Pinterest. Et des produits de cultures différentes, pas comme ici en France ou l’allée « Cuisines du monde » fait 3 mètres. Ici, il n’y pas de « cuisine Australienne traditionnelle » à proprement parlé. Mais il y a 1000 recettes australiennes qui s’inspirent de l’Asie, de l’Angleterre, des îles du pacifique, et d’un soupçon de variété américaine. Un mix qui m’intrigue. On retrouve dans ce petit supermarché, du Kale (chou frisé), du Pak choi (chou chinois), 5 sortes de sauce soja différentes, des dates marocaines, du yaourt au lait de coco, du quinoa en libre service, une allée entière de muesli… Et tout ça dans un supermarché dans une ville de 4000 habitants. Imaginez l’allée des céréales dans un supermarché d’une grande ville…

58640ec71ecfd3df632bf7bfbdbff992Ici, les aliments qui nous font aller au Biocoop à 15 km de chez nous, on les retrouve à portée de main. Parce qu’ici, les influences culturelles viennent de partout et les gens sont heureux d’essayer de nouvelles choses – il n’y pas de barrière traditionnelle comme en France où le “Quoi ? On a toujours fait comme ça ! Passe moi le camembert va” n’existe pas. Oui ici, ils prennent le camembert et le mange avec des petits biscuits d’avoine – bah oui, pourquoi pas, et c’est super bon ! Mais jamais, jamais en France ce serait acceptable.
C’est alors ici que je me suis libérée de mes pratiques culinaires traditionnelles.

J’ai alors rencontré Amanda et ses 2 sœurs qui ont monté leur business My Best Me à la suite du décès de leur père. Un listing (via une application mobile et un nouveau site web qui sortira très prochainement) de toutes les adresses australiennes qui offrent un service en rapport avec le bien-être : yoga, restaurant bio et café « healthy ». Mais elles vont encore plus loin, elle font des séminaires et des meetings dans lesquels elles expliquent pourquoi elles font ça, et ce qu’elles croient sur le « manger mieux ».

Il y a quelques années, leur père est tombé malade d’un cancer et les docteurs lui ont donné 1 mois à vivre car il n’arrêtait pas de chopper des infections en plus du cancer. Elles se sont dit : “On va essayer autre chose, on n’a plus rien à perdre”. Elles ont fait des recherches et ont vu que réduire le ph de notre corps et le faire redevenir ‘alcaline’ pourrait marcher (NDLR : lisez cet article très bien expliqué sur l’équilibre acido-basique de notre corps, écrit par la très inspirante Clotilde Chaumet).
En mangeant mieux et des aliments frais / « raw » (cru) donc pas forcément cuits, elles sont parvenues à garder leur père vivant et en bonne santé pendant 10 mois de plus (les médecins lui ont même dit qu’il n’avait plus de trace de cancer), elles sont parties faire le tour de l’Australie avec lui pour parler de leur expérience. Puis il a recommencé ses mauvaises habitudes à manger des saletés comme des saucisses grillées, des toast avec du bacon… 1 semaine après, il avait contracté une nouvelle infection et cette fois, pas assez de temps pour revenir au régime saint.

Amanda et ses sœurs m’ont appris à manger correctement pour booster le système immunitaire, avoir de l’énergie et me faire plaisir. Elle m’ont appris à ne pas mettre dans mon corps ce qu’il ne « connaît pas » (donc ce qu’il ne peut pas transformer en énergie).

Puisque l’hiver approche et que la Pink Pack tribe continue à rider la neige / l’eau / le bitume, et danser la nuit j’ai envie de partager cette expérience avec quelques recettes (ULTRA BONNES) qui sont saines pour le corps et l’esprit (parce que en plus d’être bonnes, ces recettes nous rendent encore plus jolies !).
Ces recettes sont aussi vraiment top pour l’environnement. Et faire notre petite B.A, à notre échelle comme on peut, c’est aussi important.

e8e4ddedb87327ea9353b5b276080b92

Chez Pink Pack on prône le bien-être physique et mental alors cette rubrique est faite pour les gourmandes et gourmands qui veulent bien carburer avant leur sessions de kite et même après leur descente en snowboard.

En attendant le prochain article avec des recettes testées, approuvées, et détaillées (comme pourquoi ne pas utiliser du lait de vache ou de brebis), voici notre guide personnel Pink Pack pour faire des smoothies protéinés naturellement et qui boosteront vos matins avant d’aller au bureau ou rider ! Tout ce dont vous avez besoin, c’est un blender pour mixer le tout :

guide_smoothie_pinkpack(Cliquez pour voir en plus grand)

Ce guide marche aussi pour faire des milkshakes pour les plus gourmands ! Il suffit juste de prendre :
– du lait (de coco, avoine, riz…) a l’étape 1,
– choisir des bananes congelés comme fruits,
– ajouter 2 « superpower » comme du cacao et du beurre de cacahuète,
– et mettre 1 cuillère a soupe de sirop d’érable
– mixer le tout.

Boom ça donne mon milkshake favori gourmand en snack du matin. Tous les ingrédients sont naturels donc votre corps ne les stockera pas sur vos fesses et les transformera en énergie directement.

Y a plus qu’à tester en attendant la prochaine recette !
Aloha !

Chroniques d’une apprentie maître-yogi à Bali #1 : découvrir le yoga et changer de vie

Après le lancement de la chronique historique de Momo (la fille qui apprenait le kite sans savoir vraiment dans quoi elle s’embarquait), dont la suite arrive bientôt, nous allons vous faire découvrir une toute autre voie dans cette nouvelle chronique.
Celle de Laurie, qui a décidé de se donner les moyens de vivre une vie pleine d’aventures, de nouveaux chemin à explorer
. Un peu d’inconnu aussi, juste de quoi rester motivée et curieuse d’apprendre. Elle prend un virage à 180° dans sa vie et elle va vous le raconter au travers de cette nouvelle chronique !

J’ai 24 ans, j’habite à Hyères dans le Var, et je suis une ancienne gymnaste. J’ai passé la moitié de mon enfance la tête en bas…

yoga 3Alors naturellement, quand j’ai arrêté la gym à mes 16 ans, il a fallu trouver autre chose.
C’est à ce moment là que je me suis remise à fond dans tous les sports de glisse d’abord le snow, le wake, et depuis 3 ans le kite.
Bref tout ce qui est fun me plait !!! Mais je suis un peu casse-cou et après 2 fractures des vertèbres, je me suis dit qu’il était grand temps d’arrêter de sauter de partout et n’importe comment.
Je n’avais plus ma musculature de gymnaste et c’était soit faire du sport plus tranquillement (chose que je ne sais absolument pas faire), soit prendre soin de mon corps …

yoga 6Je me suis donc disciplinée en allant voir une kiné qui, pour la première fois de ma vie (parce que j’en ai vu un paquet), ne m’a pas faite faire des exercices de musculation mais plutôt de profondes respirations …
Quoi ? Respirer et se muscler ? Moi qui était une adepte (ou plutôt qui m’infligeait) des séances de Burpees, crunches, squats etc… je me suis alors dit « why not ? » Ça ne me coûte rien d’essayer.
J’ai donc suivi à la lettre ces séances qui se finissaient par des étirements et respirations très similaires au Yoga. J’ai vu mon corps se muscler non à l’extérieur mais à l’intérieur ; on travaille vraiment différemment sur les muscles profonds, et non le « six pack » que tout le monde essaie d’avoir grâce au fitness et aux longues séances de torture.

photo 2J’ai donc commencé à me renseigner un peu plus sur le Yoga. Phénomène franchement très peu développé en France quand on voit l’ampleur qu’il a pris aux Etats-Unis et en Australie par exemple.
Seulement, moi Inspirer / Expirer c’est pas franchement l’idée du Yoga qui m’inspire. Après pas mal de recherches et des heures passées sur Instagram à envier toutes ces Yogis la tête en bas, j’ai découvert le Ashtanga et Vinyasa.
Deux types de Yoga moins basés sur la méditation mais plus dynamiques. Avec des enchaînements toniques et fluides de postures rythmées par la respiration.
L’attention est portée sur l’alignement postural et la conscience de soi. On bosse + la force et la souplesse comparé par exemple au Hatha Yoga (beaucoup plus doux). Tout en gardant les fondamentaux qui sont la concentration et la détente.

yoga12Ce style de Yoga bousculait les idées que j’avais sur cette discipline !
J’ai donc commencé à m’y mettre plus sérieusement après des séances de cardio, de musculation, de snow ou de kite et c’était vraiment le top ! Puis, je m’y suis mise le matin pour me réveiller ou le soir pour me détendre et m’aider à dormir…
C’est aussi un des aspects qui m’a beaucoup plu, les bienfaits sont nombreux : le sommeil, la digestion et la sensation de ne faire qu’un avec soi… Oui je sais ça fait un peu phrase toute faite mais je vous assure que quand vous vous pliez en deux, certes ça fait (un peu) mal au début, mais ensuite on se sent plus forte dans son corps et dans sa tête.

yoga13Voilà comment j’en suis venue à rechercher des formations pour pouvoir l’enseigner à mon tour et abandonner le confort de mon CDI pour une vie plus zen dans tous les sens du terme.

J’ai commencé à chercher des formations, sachant que je ne pouvais pas lâcher mon boulot du jour au lendemain. Il me fallait trouver une formule pas trop chère et assez courte pour avoir les bases afin d’enseigner correctement !
En France, il n’y a aucun diplôme d’état requis, tout le monde peut enseigner. On trouve donc une multitude d’associations ou d’écoles proposant des formations souvent très chères, sur plusieurs années, mais la qualité de la formation n’est pas forcément garantie. Bref, pas pour moi.

yoga 17Je commence à regarder à l’étranger. Ça tombe bien, je rêve de voyages. Alors allier les deux serait juste parfait.
Naturellement je me tourne sur les « retraites » en Inde. Forcément il y a beaucoup d’offres puisque le Yoga vient de là bas… Mais bon partir un mois toute seule après 3 ans de boulot de dingue, ça me branche moyen.
Sachant que ça fait plus d’un an que je tanne tout mon entourage avec Bali, le surf, les rizières, les treks et la nature, bref un petit coin de paradis, je commence à regarder ce qui s’y fait !
Je découvre avec surprise que si le yoga vient d’Inde, les Balinais sont énormément branchés sur cette pratique.
Je trouve une école de Yoga Américaine qui organise des retraites et formations à Bali régulièrement. Dont une au mois de Novembre, dans un budget certes plus élevé que l’Inde, mais qui reste quand même plus abordable que les Etats-Unis ou autres.
J’en parle à mes patrons et négocie la fin de mon contrat au 31 octobre. Je prend dans la foulée mon billet d’avion pour un départ le 29 octobre !!!

yoga 4Oui je suis super-ultra excitée et motivée par cette aventure, j’ai trouvé dans le Yoga un apaisement et un équilibre que je cherchais depuis plusieurs années alors je me lance à fond !! En attendant mon départ, je pratique mon Yoga tous les jours et commence même à avoir des cobayes qui me demandent des conseils.
J’essaye aussi de lire les bouquins qui font partis de la formation et que je dois connaitre avant mon arrivée à Bali. Ma formation se fera en Anglais et je serai avec 25 autres personnes, principalement des femmes, venant des 4 coins du monde…
C’est aussi ça qui me plaît ; on a toutes des cultures et langues différentes (même si pour la plupart l’Anglais est leur langue maternelle) mais on se retrouve et échange autour d’une même discipline.
Je serai la seule Frenchie alors je stresse un max car j’ai plusieurs handicaps : j’ai jamais pratiqué le Yoga en cours  (il n’y rien à Hyères), et mon Anglais est correct mais bon, l’anatomie et autre vocabulaire spécifique en anglais, c’est un autre niveau…

Mais j’aime les défis !!!

Laurie.

La Fugue

C’était l’été. Un été où il faisait beau et chaud (contrepèterie belge). Une saison qu’on sent bien passer dans le Sud. Ici on l’appelle l’été à pinpins.

Genre mois de Juillet – 30 degrés – trop de vacanciers sur nos spots habituellement désertés. Aller à la plage relève d’une Spartan Race, sachant que tu peux potentiellement te prendre un coup de parasol derrière la nuque pour avoir empiété sur la serviette de plage de ton voisin, ou alors tourner pendant 3h pour te garer, ne pas trouver de place, rentrer chez toi brancouille et bien vénère. Bref, « SEUL sur le sable, les yeux dans l’eau » pouvait aller se rhabiller.

DSC_0449_editUn week end OFF dénué de tout (e)vent se profilait à l’horizon (NDLR : c’est comme les éclipses solaires, ça arrive une fois tous les trentre-six du mois, ça mérite d’être souligné).
Le cerveau en surchauffe suite à une exposition prolongée devant les écrans d’ordinateurs et comme une envie d’aller voir ailleurs si j’y suis (on sait jamais, sur un malentendu).

DCIM100GOPRO
J’avais promis une fugue en bonne et due forme à une certaine Momo, dans le même état bouillonnant que moi (office jobs suck). Les hommes ayant mieux à faire ce we là (genre travailler), c’est en 38 caractères que je lui propose de fuguer avec moi là-haut sur mes montagnes du Val d’Allos, que je vois + souvent enneigées qu’en été. Loin des gens mais près du cœur.  Après avoir hésité une demi seconde (Elle : y a pas du vent ce we là ? Moi : Non !), elle me répond par l’affirmatif à coup d’onomatopées textées et on jette déjà un bonnet, une chemise et des chaussures de marche dans nos valises respectives (NDLR : on n’a pas pris les flingues, trop surfait, trop « Thelma et Louise »).
Nos acolytes montagnardes sont prévenues, accrochez-vous, on arrive !

DCIM100GOPROVendredi 17h, la fugue démarre par une retraite anticipée du boulot (ça aussi c’est comme les éclipses solaires). Le temps de balancer les affaires dans une seule voiture (celle qui sait aller à La Foux d’Allos les phares éteints, les yeux fermés !), on file sur l’autoroute (dala dala lalalala) cheveux (mousseux) au vent.

Au programme (votre mission, si vous l’acceptez) :

  • Balade en paddle sur le lac de Castillon avec Amel-Nagawika-fret-maritime-pour-vous-servir
  • Grab d’un félin chez Margaux
  • Randonnée autour du lac d’Allos en mode ‘la warum nicht’ (on avait l’air d’allemandes échappées de leur camp scout, face aux touristes en K-Way-of-life)
  • Gobage d’une fondue (savoyarde, sinon, en juillet, c’est pas drôle) chez beau-papa et de crêpes chez le breton local (aucun lien, fils unique)
  • Dégustation de thé (vert) sous un plaid (blanc)
  • Lecture du dernier Happinez en regardant la pluie tomber, puis s’arrêter, puis retomber, puis se re-arrêter…
  • Signature de quelques autographes au festival de la truite
  • Et blablabla le matin, et blablabla l’après-midi, et blablabla le soir…

Check, check et re-check !

DCIM100GOPROAu retour, le-dit félin nous prévient gentiment que rentrer, ça craint, que rentrer c’est la merde, que rentrer ça pue, que rentrer c’est « caca » (littéralement …)
Et la météo, en mode « Eye of the storm » nous fait comprendre qu’on est repartie vers l’tourbillon d’la vie …

… Mais on s’en fout, on reviendra !

xx
Mel.

Article co-écrit avec Momo parce que c’est plus drôle et qu’elle est la seule à pouvoir te caler une référence à Joe Dassin dans le récit d’un week end à la montagne.

DCIM100GOPRODSC_0384_editDCIM100GOPRODSC_0413_editDCIM100GOPRODSC_0466_editDCIM100GOPRODCIM100GOPRODSC_0402_editDCIM100GOPRODSC_0469_editDCIM100GOPRODSC_0440_editDCIM100GOPRODSC_0442_editDSC_0484_editDCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPROMarmooooootte !

DCIM100GOPRO