On va compléter la série d’interviews « Women In Business » avec une autre série, offrant le point de vue de rideuses pro, débutantes, amatrices ou acharnées, sur nos sports de glisse.

Aujourd’hui on discute avec France, amie de looooongue date et partenaire de despé party. France fait du wake pour le fun, et se met un peu à la compet’. On va parler de style de vie, d’engagement, de compétition, de comment on gère ses blessures et de comment on kiffe sa vie.

ShootFrancePicture_24

Salut France, allez hop, petite présentation :

Salut je m’appelle France Lesterlin, 31 ans, orthophoniste à Bellerive-sur-Allier (03). Ma passion numéro 1 : les sports de glisse ! J’ai commencé le ski toute petite et le virus de la glisse ne m’a jamais quittée. Je change de spots / sports en suivant les saisons et la météo : snow dans les Alpes et les volcans d’Auvergne l’hiver (16 ans de pratique) et j’ai découvert le wake en 2008 grâce à Sand et Caco qui m’ont contaminée lors d’un stage d’apprentissage réservé aux filles, l’incontournable « M.I.S.S » ! J’adore bouger, voyager, découvrir de nouveaux endroits et de nouveaux gens donc tout se combine plutôt pas mal.

Ton homespot :

Rouffiac Cable Park

Le top 3 de tes spots préférés :

  1. La lovely Rouffiaquie
  2. Exo 84 Lamotte
  3. Téléski Nautique du Gers (et je dois rajouter le Kum Wake Park aussi … 3 c’est trop peu, y a tellement de spots sympas en France !

Ton tricks préféré :

Le scarecrow en kicker (qui ressemble plutôt à un 540 off axis olé, hein Chtéfie !) et le railey en blocage. Niveau module, l’indémodable booooooardslide / backtail mais je commence à tournicoter un peu !f (24)_edit

Le tricks que t’es en train de bosser, mais pour l’instant tu te prends juste des grosses claques sur l’eau et ça t’énerve :

Pour l’instant le backroll ne veut plus de moi mais je vais réussir à le dompter ! Cette saison je compte bien bosser le staïïïïle sur les modules (frontboard, les press et sorties blind)

Ta + grande perf’ en compet’ :

2ème à une coupe de France (Mâcon juin 2013)

Racontes-nous une journée type en compet’ :

Je fais peu de compet’, et il n’y a pas vraiment de journée type puisque la tournure que prendra la journée dépend du spot, de la météo, du format de la compet’ mais on va essayer de répondre quand même !

En général lever à 8h30, petit dej, rider’s meeting à 9h, échauffement (sur terre d’abord et sur l’eau si c’est autorisé), puis on regarde les différentes poules passer en encourageant les copains/copines pour les motiver à rider DODU ! Ensuite viennent les runs de compet’ et on attend les résultats pour savoir si on est qualifié pour l’étape suivante qui a, en général, lieu le lendemain. Là, il y a 2 options : soit je ne suis pas qualifiée donc je peux aller faire la fête (je vais rester politiquement sobre, et donc discrète sur le déroulement de ce type de soirées !), soit je suis qualifiée et … je fais la fête quand même ! Et oui, on ne prend pas trop les choses au sérieux, il faut savoir profiter et s’amuser un minimum !ShootFrancePicture

Racontes-nous ton meilleur et ton pire moment de ride :

Les meilleurs moments de ride sont en fin de journée à Rouffiac quand le plan d’eau est flat, qu’on se motive avec les copains et les opé pour tenter de nouveaux tricks. On se fait repêcher à chaque chute pour ne pas avoir à nager / marcher (la partie que je déteste le + dans le wake !!).

Mon pire moment de ride doit être ma déchirure d’un des abdos en juillet 2012, en chutant sur un mini railey pourri aux championnats de France…

Des blessures au compteur ? Racontes-nous comment tu les as vécues et comment tu t’en es remise. Le mental joue quel rôle ?

Mes 2 + grosses blessures (cassage de genou et cheville, jambe gauche maudite) sont anciennes et se sont produites dans d’autres disciplines (saut à la perche et snowboard), mais elles m’embêtent toujours actuellement. Je profite donc des moments où mon corps n’est pas trop abîmé pour me faire plaisir sur l’eau. Le mental, la « gnaque », l’envie de guérir pour rechausser sont primordiaux dans la phase de récupération / guérison. On se motive comme on peut en regardant des vidéos de glisse ou en allant voir les copains rider et on se dit que ça sera bientôt notre (re)tour…IMG_5630_edit

As-tu une hygiène de vie particulière ?

Euuuuuuuuh JOKER ?! Plus sérieusement, j’ai pris conscience que même si la passion des sports de glisse est d’abord un état d’esprit, il faut quand même prendre soin de son corps :  bien s’échauffer avant de rider, s’étirer après, boire beaucoup (ma note à la buvette de Rouffiac en témoigne …) et respecter le repos quand le corps (et le médecin du sport) dit stop (si si!).

Qu’est-ce qui est cool dans les girls sessions ?

TOUT ! L’ambiance, les rigolades, les « défis », la no stress attitude… et on se tire la bourre pour se motiver à passer des nouveaux tricks, donc c’est super stimulant !IMG_6033

Des projets à venir ?

On part faire un road trip en Californie cet été avec des potes et je compte bien aller tester les différents câbles américains qu’on croisera sur notre route (ok, on a un peu prévu notre itinéraire en fonction du wake, j’avoue !)

Merci pour tes réponses ! Pour finir, des sponsors et remerciements ? A ta guise !

J’ai envie de remercier spécialement Sand(rine Beslot) et Caco (Marmonier) car ces 2 nanas extra m’ont transmis leur amour passion pour le wake. Théo « mon lapin » Mistaudy et Hugo « GoHu » Charbit sont des excellents coaches mais aussi la team des + ou – jeunes de Rouffiac (tête de tiiiiigre, Flo, Ju, Pilouface, Romain, Caro, Robin, Nelson, Lulu, Polo, Jean MiChef, et tous les autres …), les copines du MISS, ma cb pour les péages et les citernes de gasoil consommées, Noémie pour les shootings / montages. Et merci à Picture Organic Clothing pour leur générosité (et oui, les auvergnats c’est généreux !)

C’est maintenant le moment dédicace à l’homme de ma vie, mon + fidèle admirateur / serviteur : ma touffe de poils roux dévoreur de croquettes, Gingin (à prononcer « jeun jeun », très important) sans qui tout ça n’aurait certainement pas été possible (ou pas).

Big up à Mel Pops pour l’interview et à très vite sur les pontons !ShootFrancePicture_28-2

Crédits photos portraits : Noémie Vieillard

Crédits photos action : Fabrice Castilla & Jean Michel Mistaudy