Comme nous sommes une bonne bande de rénettes éparpillées (géographiquement) mais néanmoins organisées (web-ement), nous avons l’habitude d’échanger sur les faits d’actualité  (« ils viennent d’inventer des pilules pour caguer des paillettes ! » + lien url à l’appui) ou de se communiquer des infos importantes pour l’organisation de nos events (« Les fiiiiilles, on a pensé aux tattoos éphémères pour la soirée Gypsy ? ») par le biais d’une discussion Facebook. Et à 12 personnes, cela prend parfois des tournures improbables.
Dernier fait en date, hier aprem, Nana nous a balancé un lien vidéo que vous n’avez pas pu 
manquer. Une histoire de buzz (facile), de fesses (au frais) et de combi (trouée).
Réactions. 

29 septembre 2015, 11: 04… ‘Pop’ ! New message to The Pink Pack Crew from Nana :

Stupeur et tremblements.
Après, maiden-maiden mayday-mayday, on ne répond plus de rien…

[Émoticône RIRES AUX LARMES de Mel]

Y a Lulu, l’altermondialiste-hippie, qui, parce qu’elle est aussi chroniqueuse TV aime que les messages soient clairs et qu’un chat soit appelé un chat (C vos animaux, la chaîne YouTube) :
«  Heu…? Le message donc ? »

… Pif paf pastèque, elle a le slogan [mode roue de la fortune ON] : je propose  « montrer son cul pour faire des vues ? » clap clap clap.

Y a Margaux, notre ‘tagnarde, qu’on fait régulièrement descendre de sa montagne (qui est belleuuuuuh) pour lui en faire déjà voir des vertes et des pas mûres (week-end plage en plein cagnard, paddle et pédalo sur les vagues ‘blurp’)…
 « Non ????! » (siiiiiii)… « L’hallu quand même » – on l’imagine tomber de son canapé (BIM).

Y a Mag, l’archi-artiste-open-minded, fabricante de cornes de gazelle licorne en chef, qui pense que les choses ont un sens (tu vas d’abord régler ton inscription et après t’auras ton welcome bag, nan mais oh !)… Qui (lui) cherche des excuses et des explications :
« Ah oui quand même… Elle vise une entrée dans une école de mode, c’est ça ? »

[Gros rire d’Estelle, de là-bas-en-bas… Parce que c’est bien connu, on descend, à Biarritz…]

Y a Nana, notre business-woman, trend-alert and fashion-police, déjà en train d’imaginer le filon et la transpo sur sa master piece à elle : le poncho.
« Putain, c’est ça ! Ça va être la nouvelle tendance ! Faut que je fasse des « fenêtres » sur mes ponchos ! Sur les fesses et les tétons peut-être… » [NDLR : là, c’est le pompon…]

Y a Momo, pragmatique, qui note que ça pose quand même problèmeS, Houston.

« 1) c’est un coup à se prendre un rhume du cul à chaque sortie ça ! » [NDLR : là on vous passe l’aparté sur les pets paillettes des licornes, tout ça]

« 2) Une sortie à Maldormir sur l’étang de Thau avec sa master piece, elle finit avec des algues, des coquillages et des méduses incrustés dans la raie des fesses (autant aller câliner un cactus de suite) »

« 3) Et la marque du bronzage, on en parle …? DIOS MIOS ! »

Après, on est parti sur des délires de parodie avec un costume fausses fesses (merci Mag), validés par Mel (merci Chef)… Et Blondie a conclu en disant qu’on allait conquérir le monde (on cherche encore le rapport).

Le procès-verbal de notre AG exceptionnelle-car-c’est-grave-tout-ça conclue que même si c’est une question de way of life (et on respecte, einh !), on n’a pas compris. C’est surtout le « fashion and fonction », qui nous chiffonne. L’absence des 2 surtout. Mais après tout, elle aura eu son moment de gloire, et peut-être une proposition de contrat avec une marque de combi.
Ou de ciseaux.

Action-réaction immédiate proposée : envoi d’un courrier (qui court) pour dire que c’est dangereux, accompagné d’un tube de crème de Biafine, pour les deux zones de peau d’abricots fanés… CQFD.